Nourrir le bébé au bon moment

Table des matières

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

La nourriture pour bébé est la nouvelle entrée qui me ramène ici. Je suis de retour, je t’ai manqué ? Quelques jours se sont écoulés depuis le dernier post, mais entre les vacances de Noël, le retour à la routine et le début de nouveaux projets, je n’ai même pas eu le temps de respirer. Au fait, bonne année à vous tous !

Pour ceux qui ne se souviennent pas de moi, et pour ceux qui sont nouveaux sur le blog (merci beaucoup de nous lire), je suis Marta López, diététicienne-nutritionniste. Je vous y parlais des avantages et des (moins) inconvénients du lait maternel, ainsi que des raisons pour lesquelles il devrait être le seul et principal aliment que notre bébé devrait recevoir pendant les 6 premiers mois de sa vie (recommandation officielle de l’Organisation mondiale de la santé). Puis, entre le et le , nous avons fait un long tour des différents laits maternisés disponibles sur le marché pour les mamans qui décident, pour diverses raisons, de ce type d’alimentation pour leurs bébés.

Pour continuer un peu dans la ligne que nous avons tracée, je veux aujourd’hui parler du sevrage, ce moment où l’alimentation du bébé change pour toujours. Cette condition se rencontre aussi bien chez les mères qui allaitent que chez celles qui nourrissent leurs enfants avec des laits artificiels, car le sevrage désigne le passage d’un régime exclusivement laitier à la diversification alimentaire , qui consiste en l’introduction progressive de différents aliments dans l’alimentation du bébé jusqu’à ce qu’il adopte les habitudes alimentaires normales du reste de la famille (c’est-à-dire qu’il mange de tout) et de l’allaitement, l’allaitement disparaît progressivement (il n’en va pas de même avec les laits maternisés, puisque comme vous pouvez le lire dans les entrées précédentes, on trouve sur le marché des laits de continuation et de croissance, qui peuvent être donnés à partir de six mois comme complément alimentaire).

Par la présente, je tiens à préciser que l’OMS recommande l’allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de la vie, mais continue à recommander jusqu’à 12 mois à condition qu’il soit correctement complété par différents aliments pour couvrir tous les besoins nutritionnels de l’enfant, et que par conséquent, le sevrage chez les femmes qui décident de continuer à allaiter leur bébé jusqu’à cet âge est retardé ; il y a même des mères qui continuent à allaiter leur enfant à partir d’un an, bien que normalement, grâce au confort de la mère, à la présence de laits de suite et à la possibilité d’introduire le lait de vache et le lait de soja (toujours avec précaution et progressivement, en observant que l’enfant le tolère bien), le sevrage ne dépasse généralement pas deux ans dans le processus d’alimentation du bébé.

Avec le sevrage, il s’agit de réduire progressivement la consommation de lait maternel (ou, à défaut, de lait de démarrage), car un bébé de 3 mois ne consomme que du lait, alors qu’un bébé de 8 mois peut déjà consommer d’autres aliments qui vont « prendre de la place » à la consommation de lait.

Le moment du sevrage est généralement difficile pour les mères et les bébés, car l’introduction de nouveaux aliments, avec des textures et des saveurs différentes, n’est généralement pas au goût de tous (surtout pour les petits, qui rejettent parfois certaines préparations ou saveurs). Il est TRÈS IMPORTANT que le sevrage (j’insiste, réduction progressive des tétées au lait maternel) soit commencé au bon moment, ni trop tôt (car l’organisme du bébé n’est pas encore prêt) ni trop tard (car à un certain âge, le lait maternel seul ne peut plus couvrir tous les besoins nutritionnels du bébé).

Tableau d’alimentation du bébé

En outre, il est également extrêmement important que tous les aliments ne puissent pas être introduits une fois le sevrage commencé. Il faut le faire petit à petit, en introduisant des aliments selon le calendrier de diversification alimentaire ou « Beikost » que je vous laisse découvrir, mais que nous expliquerons plus tard et de manière beaucoup plus détaillée dans de futurs billets.

cuadro alimentos bebé

L’alimentation du bébé est un processus progressif et ce que j’aimerais que vous reteniez de ce post est que l’introduction de la nourriture doit être faite au bon moment , car le faire avant ou après peut causer des problèmes à notre bébé. Pour cette raison, et en raison de la divergence des opinions à ce sujet, je voudrais vous montrer les inconvénients d’une introduction incorrecte, ainsi que les recommandations officielles sur lesquelles je me base pour expliquer à mes patients tout ce qui a trait à ce sujet : l’OMS recommande l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de la vie, et recommande de le prolonger jusqu’à l’âge d’un an, correctement complété par différents aliments. L’alimentation doit être introduite entre l’âge de 5 et 6 mois de l’enfant. De plus, c’est la période qui coïncide avec la poussée dentaire, c’est donc aussi un bon moment pour commencer le sevrage.

Le bébé de 4 mois

L’alimentation des bébés avant 4 mois est basée exclusivement sur le lait maternel, car les bébés ne sont pas prêts à digérer des aliments solides ou semi-solides autres que le lait maternel, et ils ne sont pas non plus nécessaires, car le seul allaitement (ou les laits de démarrage en son absence) couvre parfaitement les besoins du nourrisson. Les problèmes causés par l’introduction prématurée de ce type d’aliments se traduisent par :

  • Crises de toux, car la texture de l’aliment n’est pas adaptée, ainsi que des difficultés respiratoires dues à la plus grande facilité d’étouffement du bébé.
  • De plus, comme les enfants de cet âge ne sont pas encore capables de communiquer, on ne peut pas savoir quand ils sont rassasiés et on peut les suralimenter (augmentant, sans s’en rendre compte, le risque de souffrir de problèmes de surpoids et d’obésité à l’âge adulte).
  • Les caries peuvent aussi être un problème dès le plus jeune âge avec l’introduction de jus ou d’eaux sucrées, surtout lorsqu’ils sont donnés au biberon. Ce phénomène a été appelé la carie du biberon, car lorsque des liquides riches en sucres sont donnés au biberon, il y a un contact prolongé du liquide avec les dents, ce qui facilite l’apparition de caries.
  • Si les aliments autres que le lait maternel sont introduits tôt, la fréquence des tétées et l’intensité de la succion diminueront, ce qui réduira également la quantité de lait maternel (il faut savoir qu’il n’est pas sain d’éliminer le lait maternel avant six mois de vie, car, comme nous l’avons vu dans le premier article, il contient des substances protectrices pour le système immunitaire du bébé et apporte des vitamines et des minéraux essentiels à la croissance et au développement).
  • Il faut tenir compte du fait qu’en général, l’organisme de notre bébé n’est pas suffisamment développé, notamment le système rénal. L’introduction précoce d’aliments autres que le lait maternel peut entraîner un excès de solutés, provoquant de graves diarrhées et une déshydratation, qui peuvent avoir de graves conséquences sur le système nerveux central.

Mais non seulement l’introduction précoce d’aliments pose des problèmes au bébé, mais le faire trop tard n’est pas non plus recommandé, car l’allaitement maternel seul ne couvre pas les besoins du bébé, qui est en pleine phase de développement et de croissance. Après six mois , le lait maternel est insuffisant pour couvrir les besoins du bébé, il peut donc y avoir des problèmes de malnutrition si l’on ne donne que du lait et que l’on n’incorpore pas d’autres aliments tels que des fruits (pomme, poire, banane, orange) et des légumes (haricot vert, carotte, oignon).

Il faut donc garder à l’esprit que dans l’alimentation du bébé, le lait maternel (ou le lait de démarrage) sera le seul aliment qu’il prendra pendant les premiers mois de sa vie, suffisant pour couvrir ses besoins, mais qu’au fur et à mesure qu’il grandit, ses besoins augmentent et l’introduction d’aliments autres que le lait maternel devient nécessaire à son développement, et qu’il ne faut donc pas abandonner l’allaitement maternel, qui est recommandé jusqu’à l’âge de 12 mois au moins. En outre, l’introduction des aliments est un processus éducatif au cours duquel le bébé va consommer des aliments de textures et de saveurs différentes, apprendre à goûter, utiliser une cuillère et apprendre progressivement à manger seul.

Introduction de nouveaux aliments dans l’alimentation de bébé

Enfin, voici quelques recommandations générales pour l’introduction de nouveaux aliments, mais comme je l’ai déjà dit, je parlerai dans un autre billet de façon beaucoup plus détaillée de la diversification alimentaire, quand et comment la faire, et des aliments à privilégier par rapport aux autres :

  • Commencez l’introduction entre le cinquième et le sixième mois, car avant cela, le corps du bébé n’est pas prêt à recevoir des aliments autres que le lait maternel.
  • Les aliments doivent être introduits petit à petit, en petites quantités, et jamais plus d’un à la fois, car nous devons vérifier la tolérance du bébé à ces aliments et voir s’ils sont bons pour lui ou non.
  • Comme c’est quelque chose qu’il n’a jamais essayé, il est normal qu’il soit surpris au début. C’est pourquoi il est recommandé de laisser une marge de deux semaines entre l’introduction d’un aliment et d’un autre afin qu’il puisse s’habituer au goût et à la texture.
  • Comme le bébé n’a pas encore de dents et qu’il n’a consommé que du lait, il faut d’abord lui donner l’aliment le plus écrasé possible, de façon homogène, et petit à petit changer la texture pour la rendre plus grossière, jusqu’à ce qu’il puisse mâcher et qu’on puisse lui donner des morceaux. Il faut garder à l’esprit que la texture ne peut pas toujours être la même, car l’enfant doit apprendre l’importance de bien mastiquer les aliments et ne peut pas toujours recevoir des aliments écrasés pour faciliter et accélérer l’alimentation.
  • Il est très important de garder à l’esprit que le lait de vache ou de soja ne peut être introduit avant l’âge de douze mois en raison de l’immaturité intestinale du bébé.
  • Il faut essayer de faire en sorte que l’enfant prenne les choses avec une cuillère et laisse le biberon de côté, car cela l’aidera à apprendre à manger seul. Ne forcez jamais votre enfant à manger.

J’espère vous avoir aidé à mieux comprendre les concepts les plus importants concernant l’alimentation de votre bébé. Si vous avez des questions ou des suggestions, veuillez me contacter par le biais de mon site web

Merci de votre lecture !

Les articles qui peuvent vous intéresser :
Nos derniers test de produits :
Recevoir nos conseils gratuitement:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *