Coqueluche chez les nourrissons

Table des matières

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

Ces derniers jours, les sonneries d’alarme ont retenti dans notre pays en raison de la nouvelle tragique de la mort d’un bébé à Malaga, 15 jours après sa naissance, qui a été infecté par la coqueluche et a succombé à celle-ci. Aujourd’hui, nous parlons de la coqueluche.

La coqueluche chez les bébés a augmenté en Espagne ces dernières années, alors pour éviter d’autres tragédies comme celle qui s’est produite récemment à Malaga, je veux aujourd’hui vous en dire plus sur cette maladie qui peut être très dangereuse pour les enfants.

Qu’est-ce que la coqueluche ?

C’est une bactérie infectieuse (Bordetella pertussis) qui affecte la respiration. La toux est si forte que nous émettons un bruit caractéristique où nous prenons une forte inspiration d’air pour pouvoir continuer à respirer.

La contagion de cette maladie se produit dans les voies respiratoires et se transmet par les « boulettes » que nous pouvons recevoir de la toux ou de la parole d’une autre personne.

C’est généralement une maladie plus typique des pays sous-développés, bien qu’elle puisse apparaître dans n’importe quel pays et toucher n’importe qui, avec un effet beaucoup plus fort sur les bébés.

Les 3 phases de la maladie :

  • Phase catarrhale : entre 7 et 10 jours après l’incubation. Les éternuements, les larmoiements et la toux commencent la nuit et se propagent tout au long de la journée.
  • Phase paroxystique : la toux est devenue fréquente et après chaque quinte de toux, notre respiration devient plus laborieuse et lorsque nous inspirons, nous produisons un son aigu caractéristique de cette maladie.
  • Phase convalescente. Cela dure 2 à 3 semaines et peut même durer des mois. La toux disparaît progressivement et peut entraîner d’autres infections telles que la pneumonie ou l’otite, les enfants de moins de 6 mois étant les plus touchés.

Combattre la coqueluche chez les bébés

Les bactéries de la maladie touchent plus facilement les nouveau-nés car leur système immunitaire est encore si faible que les bactéries n’auront aucun mal à pénétrer dans leur organisme.

Cette toux va épuiser notre bébé car elle est difficile à contrôler et très persistante. Une fois qu’elle commence, il est difficile de lutter contre elle et le fait de ne pas cesser de tousser peut entraîner un manque d’air, ce qui dans le cas des bébés peut conduire à l’asphyxie car leur système cardiorespiratoire n’est pas suffisamment développé pour résister à ce manque d’air.

De plus, le bébé aura des problèmes pour s’alimenter, ce qui peut conduire à la malnutrition, apparaissant comme un autre problème en plus de la maladie.

Prévention de la maladie

Comme nous l’avons vu, il s’agit d’une maladie qui peut être très coriace et se terminer en tragédie, il est donc très important de la prévenir pour l’éviter.

Parmi les vaccins pour les bébés, la vaccination contre cette bactérie s’effectue à 2, 4, 6, 18 mois et enfin à 6 ans. Comme nous pouvons le constater, après 2 mois, notre bébé sera protégé, mais du jour de la naissance jusqu’à l’âge de 2 mois, ce seront les anticorps de notre mère qui le protégeront.

Il est recommandé pendant la grossesse de se faire vacciner contre la maladie pendant les 3 derniers mois de gestation afin de protéger notre bébé. Dans le cas du bébé de Malaga, la mère n’a pas trouvé le vaccin car il y a un manque d’approvisionnement.

Je vous conseille de vous renseigner le plus tôt possible lorsque vous êtes enceinte pour savoir s’il y a ou non des difficultés d’accès à ce vaccin, afin d’éviter d’être sans protection et de nous organiser en cas de manque d’approvisionnement.

En Andalousie, en raison de la récente tragédie, la vaccination des femmes enceintes a été incluse dans le calendrier de l’année prochaine afin d’éradiquer cette bactérie chez les nouveau-nés. Les communautés autonomes où le vaccin était déjà inclus dans le calendrier sont les suivantes : Andalousie, Asturies, Canaries, Catalogne, Comunidad Valenciana, Estrémadure, Navarre et Pays basque.

Il est tragique de devoir écrire un article sur cette maladie alors qu’elle a coûté la vie à une personne innocente, mais j’espère que cet événement ne se reproduira pas et que Sanidad stockera suffisamment de vaccins pour toutes les femmes enceintes afin que personne d’autre n’ait à subir une perte aussi dure.

Image : Dodot

Les articles qui peuvent vous intéresser :
La fête des pères. Mon père me gâte
La fête des pères. Mon père me gâte

La fête des pères approche, une célébration exclusivement réservée à ceux qui aiment la paternité, mais ces dernières années, elle a beaucoup

Nos derniers test de produits :
Recevoir nos conseils gratuitement:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *